Comment traduire un ebook ?

Sur Traduc.com, recevez rapidement votre traduction littéraire. Obtenir un devis

Comment bien traduire un e-book ? C’est une question cruciale pour quiconque veut croiser la diffusion de ce format et l’ouverture multilingue de son entreprise à l’international.

L’e-book a en effet la cote ces dernières années : il s’intègre bien dans la stratégie de content marketing devenue incontournable, et contrairement aux articles de blog il est « détachable » et on peut le lire, le partager et le conserver hors connexion pour s’y reporter ultérieurement.
Raison de plus pour le traduire avec la même attention et la même rigueur qu’un livre papier traditionnel !

Quels sont les enjeux propres à l’e-book aujourd’hui ? Quelles sont les spécificités de la traduction d’un e-book et comment la réussir ?

Dans cet article, on vous dit tout ce que vous avez besoin de savoir pour répondre à vos questions à propos de la bonne manière de traduire un e-book.

1. Les enjeux spécifiques de l’e-book

Avant toute chose, rappelons que l’e-book (ou livre numérique) peut désigner en fait deux réalités assez différentes : soit une œuvre de l’esprit, création de littérature personnelle (et donc payante comme un livre papier vendu en librairie), soit un ouvrage didactique d’entreprise (gratuit, mais téléchargeable uniquement en échange du don des coordonnées personnelles de l’internaute).
C’est le second cas qui nous intéresse ici.

En effet, l’e-book constitue aujourd’hui un support de choix pour créer des lead magnets efficaces dans une stratégie de content marketing de haute qualité.
Dans cette perspective, l’e-book complète utilement vos autres supports et peut vous aider à la fois à produire des contenus de plus en plus personnalisés à partir des informations personnelles collectées sur votre public cible, et à booster votre taux de conversion.

L’e-book permet de développer une question technique en profondeur, ce qui offre au lecteur l’espoir à la fois d’étancher sa soif de connaissances et de répondre à des questions pragmatiques d’ordre professionnel.

En outre, son format hybride lui permet d’être à la fois consultable en ligne et hors ligne : il bénéficie donc du prestige du livre imprimé (qui continue de faire autorité et d’inspirer confiance) tout en ayant pour l’entreprise le coût très réduit d’un format dématérialisé.

Les deux formats les plus répandus aujourd’hui pour les e-books sont Epub et PDF.
A chacun ses avantages et sa cible privilégiée. Le format Epub offre une lecture dynamisme, avec un système imitant des pages qui se tournent, voire des incrustations dynamiques de type graphique en mouvement ou même vidéo.

Il convient mieux à des formats courts. Au contraire, le format PDF est le format par excellence des e-books, longs, techniques, destinés à un public lui-même expert.
Il présente l’avantage d’avoir une apparence toujours constante quel que soit l’appareil qui est le support de lecture.

Toutes vos traductions
2x moins chères qu'en agence

Recevoir un devis

Rapide, gratuit et sans obligation

2. Comment bien traduire un e-book

Le premier aspect important lors de la traduction d’un e-book, c’est le rendu visuel du document final.
En effet, le traducteur doit travailler en synergie avec le graphiste. Pourquoi ? Parce qu’il faut s’assurer que le texte traduit tient exactement à la même place que le texte source, et qu’il garde la même harmonie avec les documents iconographiques.

Car c’est au moment de la mise en page du texte final que se révèle un phénomène bien connu des traducteurs professionnels : le foisonnement.
En passant d’une langue dans une autre, le texte peut gagner ou perdre en volume de mots, en raison de la plus ou moins grande concision de telle ou telle langue, de leur plus ou moins grande propension à agglutiner ou au contraire à décomposer les mots.

Ainsi, certaines langues comme l’anglais ou le finnois sont réputées pour être synthétiques, tandis que l’allemand et dans une moindre mesure le français sont plus explicatives.
La conséquence sur le document final peut être significative.

Dans le cas d’un e-book à traduire, le traducteur doit donc être particulièrement attentif aux conséquences de ce coefficient de foisonnement, notamment dans le cadre d’un projet de traduction multilingue.

Si de gros volumes de traduction sont à prévoir, et ce dans de multiples langues, il peut être judicieux de s’en remettre à un chef de projet dédié, capable de faire dialoguer et avancer harmonieusement toutes les parties prenantes autour de mêmes consignes.

Ensuite, il faut savoir adopter le bon ton lors de la traduction. Deux cas de figure se présentent.
Le premier est le suivant : vous reprenez « tel quel » un e-book et vous le transposez dans la langue cible.
Ceci dit, tout bon traducteur sait combien ce « tel quel » est illusoire. Un ton poli est-il même au Japon, en Allemagne ou en Angleterre ? Assurément non.
Le premier use de formules culturelles intraduisibles (plusieurs tournures essentielles aux échanges sociaux n’ont pas d’équivalent dans nos langues indo-européennes), le second vouvoie là où le troisième utilise indifféremment le « You ».

Le second cas de figure est celui-ci : vous devez faire un e-book à partir d’un texte qui n’en est pas un.
Dans ce cas, la difficulté majeure consistera à « faire livre » : structurer impérativement le contenu en chapitres et en paragraphes, construire un sommaire, un prologue, une bibliographie et vérifier leur rendu graphique en langue cible.

Comment traduire un ebook
Source : freepik.com

3. Bien connaître son public cible

En traduction comme ailleurs, il n’est point de miracle. La traduction idéale en tout temps et en tout lieu n’existe pas : il n’existe que du sur mesure.
Pour obtenir la meilleure traduction possible pour votre e-book, il vous faut donc connaître très finement votre public cible.

On ne s’adresse pas de la même manière en B to B qu’en B to C, à un public adolescent ou à un public adulte, à un public averti ou néophyte.

Plus vous connaissez finement votre public cible, plus vous serez à même d’apporter au traducteur les informations garantes du succès de sa prestation.

Vous allez peut-être vous dire : si je paie un traducteur, ce n’est pas pour perdre du temps en lui mâchant le travail ! Mais vous prendriez alors le problème à l’envers.
En effet, le traducteur est un linguiste spécialisé, et c’est pour cette compétence que vous le payez.
Mais qui est le meilleur spécialiste de votre entreprise ? Vous-même.

Vous seul connaissez l’âge, le statut professionnel, les habitudes culturelles des prospects que vous voulez séduire avec votre e-book.

Prenez donc le temps de partager ces précieuses informations avec votre traducteur, afin qu’il adapte au mieux le ton adapté dans sa traduction.

Comment traduire un ebook
source : pixabay.com

À lire aussi : Comment traduire une histoire ?

4. Privilégier une traduction professionnelle

Comme on l’a vu plus haut, la question délicate de l’harmonisation entre le texte et les images nécessite une collaboration voire des allers-retours entre le traducteur et le graphiste.
Mais l’intérêt de confier la traduction de son e-book à un prestataire vraiment professionnel va plus loin : vous y gagnerez assurément en image de marque comme en sérénité.

Comme on l’a dit, un e-book est téléchargeable, partageable hors connexion et imprimable. Par conséquent, une fois créé et mis à disposition du prospect, l’e-book vous échappe.
Hors de question, par conséquent, d’apporter une quelconque retouche à la traduction une fois l’e-book mis à disposition.

C’est pourquoi une qualité de traduction irréprochable est un incontournable.
En outre, l’e-book est aujourd’hui un format privilégié en B to B parmi tout le panel des supports de content marketing.

Pourquoi ? Parce que proche du livre papier, il renvoie une image de professionnalisme.
Il est l’équivalent d’une belle brochure de présentation en papier glacé à l’ancienne, mais avec la plus-value écologique d’un impact carbone moindre.

Par conséquent, le style informel, voire familier, typique d’Internet n’a pas sa place dans un e-book. Il vous faut donc un traducteur aux qualités littéraires et grammaticales éprouvées.
Cependant, l’exigence est double, car l’e-book est tout de même accessible sur ordinateur… ou sur smartphone.

Or, on sait aujourd’hui que la durée moyenne d’attention d’un internaute (et à plus forte raison d’un mobinaute) n’excède pas dix secondes.
Il faut donc non seulement une traduction exacte et rigoureuse sur le plan de la grammaire, mais aussi une capacité à la traduction plus artistique, incluant une part de créativité.

Car il faut savoir mixer habilement, notamment dans le titre et la page de présentation, l’information et l’émotion pour que votre lecteur, toujours potentiellement distrait par un autre site, se décide à lire votre e-book in extenso.

Enfin, comme si cela ne suffisait pas, en plus de la grammaire et de la créativité, il est recommandé de choisir un traducteur au fait des enjeux SEO.
Car on le sait peu, mais l’e-book, s’il est intégré dans votre sitemap, peut être un excellent moyen de booster votre référencement, à condition de proposer une insertion naturelle de vos mots-clés dans la traduction, des cocons sémantiques harmonieux et un maillage interne cohérent.

Pour faire une pierre deux coups et optimiser l’intérêt de votre e-book lors de votre ouverture à l’international, la traduction doit donc conserver toutes les qualités SEO du document source.

Renseignez-vous sur les requêtes les plus fréquentes de votre public cible, et pensez aux moteurs de recherche autres que Google (notamment Yandex si vous visez la Russie) afin d’apparaître en bonne position dans les SERP ici comme à l’étranger, en suivant au plus près les interrogations des internautes.

Au fil de cet article, on a vu combien la traduction d’un e-book était spécifique, notamment en raison de sa nature hybride entre support internet et livre « détachable ».
Cette traduction requiert des compétences qui dépassent la simple performance strictement linguistique, telles que la créativité et l’intégration des enjeux SEO.

Autant d’exigences qui doivent vous dissuader d’espérer un gain de temps et d’argent en vous en remettant à un logiciel de traduction gratuite et instantanée.
Cela risquerait de vous coûter cher en termes d’image de marque, et entacher votre crédibilité au moment même où vous souhaitez conquérir de nouveaux marchés.

Vous avez un projet de traduction d’un e-book ? Confiez cette mission à des professionnels de la traduction web et multilingue, tels que vous les trouverez chez Traduc.com.

Lancez votre activité

Profitez des avantages du salarié et de la liberté du freelance avec le portage salarial.

Découvrir mon salaire